“ Il n’y a pas seulement du vivant partout, mais des âmes partout dans la matière. Alors, quand un organisme est appelé à déplier ses propres parties, son âme animale ou sensitive s’ouvre à tout un théâtre, dans lequel elle perçoit et ressent d’après son unité, indépendamment de son organisme, et pourtant inséparable.” 

Gilles Deleuze, Le Pli, Leibniz et le baroque, Les éditions de minuit, 1997, p16-17.